Guide pas à pas pour la viabilisation d'un terrain : tout ce que vous devez savoir

Si vous envisagez de construire une maison, la première étape cruciale est de viabiliser votre terrain. Cela implique d'installer les réseaux d'eau, d'électricité, de gaz et d'assainissement nécessaires pour une habitation. Dans cet article, nous vous guiderons étape par étape sur tout ce que vous devez savoir pour la viabilisation d’un terrain.

L’obtention d’un certificat d’urbanisme pré-opérationnel

Avant d’effectuer l'achat d'un terrain non viabilisé, il faut obtenir un certificat d'urbanisme pré-opérationnel de la commune. Ce document est indispensable pour la planification des travaux futurs. Il permet de déterminer si le terrain est relié aux réseaux et s'il y a des équipements publics à proximité.

Lire également : Comment inclure des travaux dans un prêt immobilier ?

En somme, il renseigne sur la viabilité du terrain et les possibilités d'aménagement. Il convient de noter que la demande de ce certificat est gratuite. Et celle-ci doit être adressée à la mairie avec une description détaillée du projet. Toutefois, il ne remplace pas le permis de construire et ne peut être utilisé à cette fin.

A lire en complément : Calcul surface emprise au sol : méthode simple et précise

Le raccordement au réseau d’eau

Si votre terrain n'est pas relié aux canalisations d'eau du réseau public, vous devez effectuer un raccordement. Pour ce faire, vous devez contacter la mairie et remplir un formulaire de demande de raccordement. Ensuite, contactez la société des eaux de votre lieu d'habitation avec votre permis de construire. La société des eaux enverra un technicien pour déterminer l'emplacement du compteur et vous proposer un devis.

Les travaux seront planifiés après le paiement et l'approbation de votre commune. Le propriétaire se charge de la protection du compteur et la réalisation du réseau à l'intérieur de la parcelle. Par contre, la mairie se charge des travaux réalisés sur la voie publique.

Le raccordement au réseau d'électricité

Pour raccorder votre terrain au réseau électrique, vous devez demander un raccordement auprès d'ERDF. Vous remplirez un formulaire et fournirez des documents tels que le permis de construire et les plans. ERDF vous enverra un devis à valider. Celui-ci effectuera les travaux dans un délai de 4 à 6 semaines une fois le devis accepté et le paiement effectué.

Un expert du CONSUEL viendra ensuite vérifier la conformité de l'installation et vous délivrera une attestation à envoyer à votre fournisseur d'électricité. Les coûts varient en fonction de la distance entre le coffret de branchement et le compteur. Les coûts moyens vont de 1000 à 1100 € pour une distance inférieure à 30 mètres. Auxquels s'ajoutent environ 200 € pour une distance supérieure à 30 mètres.

Le raccordement au réseau de gaz

Si vous pouvez vous raccorder au gaz de ville, les démarches seront similaires à celles pour l'électricité. Votre fournisseur s'occupera des travaux internes et externes. Mais si la distance entre votre propriété et le réseau est supérieure à 30 mètres, cela sera considéré comme une extension de réseau avec un tarif plus élevé.

Le prix minimum pour un raccordement de moins de 30 mètres est de 335 €. Le maximum est de 1 012 € TTC. Si vous ne pouvez pas vous raccorder au gaz de ville, vous pouvez installer une citerne sur votre terrain.

Le raccordement au réseau d’assainissement

Pour raccorder votre propriété au tout-à-l'égout, vous devez contacter la mairie et payer certaines taxes. La mairie se charge des travaux sur la voie publique. Ceux sur votre propriété sont à la vôtre. Si aucun réseau n'est disponible, vous devrez installer une fosse septique.

La viabilisation est un long processus, donc commencez les formalités dès l'obtention de votre permis de construire. Les coûts augmentent si le terrain est éloigné des réseaux publics, donc prenez cela en compte avant l'achat.